En réponse à la résolution 67/226 de l’Assemblée générale sur l’examen quadriennal complet des activités opérationnelles de développement du système des Nations Unies, le GNUD a déterminé qu’il était primordial d’assurer une mise en œuvre cohérente de l’examen quadriennal complet dans l’ensemble du système en insistant sur les domaines de forte incidence. Il a conçu le premier plan d’action commun du GNUD pour l’examen quadriennal complet, et plusieurs entités du système ont aligné leurs nouveaux plans stratégiques sur les principes de l’examen quadriennal, qu’il s’agisse de son contenu ou de l’échéancier qui y est associé.

Comme l’avait demandé le Conseil économique et social dans sa résolution 2013/5, le Département des affaires économiques et sociales – en collaboration avec le GNUD et le Comité de haut niveau sur la gestion – a élaboré au titre de l’examen quadriennal un cadre de suivi et d’établissement de rapports applicable à l’échelle du système, qui est bien délimité, repose sur des données factuelles et présente un bon rapport coût-efficacité, tout en imposant une charge minimale aux gouvernements et au système des Nations Unies pour ce qui est de l’établissement de rapports.

Comme l’avait demandé l’Assemblée générale au paragraphe 140 de sa résolution 67/226, le GNUD a conçu des instructions standard pour les équipes de pays des Nations Unies choisissant de mettre en œuvre l’initiative « Unis dans l’action ». Ces instructions constituent non seulement un outil essentiel pour promouvoir la coordination opérationnelle et l’efficacité de l’action des équipes de pays, mais aussi un moyen de renforcer la cohérence et l’harmonisation entre, d’une part, les orientations générales définies au Siège et, d’autre part, les besoins recensés et l’action menée en conséquence sur le terrain.

Sur la base des instructions standard, le GNUD et le Comité de haut niveau sur la gestion ont défini un ensemble de 36 mesures – qu’ils ont classées par ordre de priorité – à entreprendre par le Siège de l’ONU pour mieux épauler des services d’appui regroupés et diversifier les options possibles en la matière au niveau national. Ces mesures ont été consignées dans un plan d’action pour le Siège et comportent des initiatives dans les domaines des achats, des technologies de l’information et des communications, des ressources humaines, de la logistique et des transports, de la vérification des comptes, des finances et des locaux communs.

En réponse à la résolution 67/226 de l’Assemblée générale sur l’examen quadriennal complet, qui encourage les États Membres qui contribuent aux ressources autres que les ressources de base à donner la priorité aux mécanismes de financement communs, thématiques et conjoints aux niveaux mondial, régional et national, le GNUD a lancé le fonds « Delivering Results Together » (Obtenons des résultats ensemble), successeur du guichet de financement élargi de l’initiative Unis dans l’action. Le nouveau fonds appuie les programmes des Nations Unies couronnés de succès dans des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire qui appliquent l’initiative Unis dans l’action et ont établi un Fonds du programme « Unis dans l’action » qui fonctionne au niveau national.

En réponse à la même résolution, qui appelait aussi les organismes de développement des Nations Unies à promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans leurs programmes de pays, le GNUD a arrêté un certain nombre de principes et de normes communs pour les systèmes d’indicateurs de l’égalité des sexes. Le Groupe a publié des directives sur ces indicateurs à l’intention de toutes les équipes de pays des Nations Unies, qui encadreront le développement d’une approche cohérente et efficace pour le suivi des ressources affectées à la réalisation de l’égalité des sexes et qui permettront de rendre compte à l’échelle du système de l’utilisation qui est faite des fonds consacrés à la promotion de l’égalité des sexes.

Comme l’Assemblée générale l’avait demandé dans l’optique de l’examen quadriennal complet, le GNUD a considéré comme une priorité d’améliorer encore l’efficacité du fonctionnement du système des coordonnateurs résidents. À cet effet, il a renforcé le Centre d’évaluation des coordonnateurs résidents de sorte que leurs compétences soient mieux alignées sur les besoins, les priorités et les problèmes propres à chaque pays de programme. Le code de conduite et les directives pour les relations de travail des équipes de pays des Nations Unies  ̶  qui tiennent compte des nouvelles activités prescrites dans le cadre de l’examen quadriennal complet ̶ sont deux outils essentiels pour le renforcement de l’exercice de leur responsabilité mutuelle par les coordonnateurs résidents au niveau national.

En réponse à une demande formulée par le Conseil économique et social dans sa résolution 2013/5 et comme l’avait demandé l’Assemblée générale dans sa résolution 67/226 sur l’examen quadriennal complet, le GNUD est parvenu à conclure un accord qui fera date, sur une modalité de financement centralisé à l’appui du système des coordonnateurs résidents, aux niveaux mondial, régional et national. Cette modalité de financement repose sur la mutualisation des coûts entre toutes les entités membres du Groupe à l’échelle du système et elle est entrée en vigueur le 1er janvier 2014. Il s’agit de faire en sorte que les coordonnateurs résidents disposent des ressources stables et prévisibles dont ils ont besoin pour s’acquitter efficacement de leur mandat.